Vous êtes ici : Accueil » Récupération/Ré-emploi/D3E » Environnement / Déchets » iPhone obsolètes, PC irréparables : la loi Hamon sur la consommation ne va (...)

iPhone obsolètes, PC irréparables : la loi Hamon sur la consommation ne va rien résoudre

D 20 juin 2013     H 16:32     A     Version imprimable de cet article Version imprimable


Par Martine Laplante
Présidente "Amis de la Terre"

Le 24 juin 2013 sera discutée une loi sur la consommation, proposée par le ministre Benoît Hamon. Principal enjeu, la protection des consommateurs, en introduisant le principe des "class action". Mais rien sur l’obsolescence programmée, une véritable menace pour l’environnement et l’emploi. Une absence que regrette Martine Laplante, présidente des Amis de la Terre.

Nous achetons chaque année neuf appareils électriques et électroniques. Simple envie de changer de téléphones ou impossibilité de faire réparer son produit ?

Plus de deux millions de frigos sont vendus chaque année à des Français déjà équipés à 99,2%. N’y a-t-il pas là une volonté de nous faire renouveler régulièrement nos objets du quotidien ?

Modes de conception des produits et publicité sont indissociables d’une commercialisation de masse en voie d’essoufflement. Programmés pour être rachetés, voilà aujourd’hui le triste sort de nos objets.

La loi sur la consommation sera très faible

Du candidat Hollande au ministre Benoît Hamon, en passant par les sénateurs de toutes les tendances politiques, tous s’étaient engagés à mettre à mal ce système qui épuise les ressources de notre planète, exploite les travailleurs et méprise le consommateur.

Pourtant, à quelques jours du vote à l’Assemblée nationale du projet de loi sur la consommation de Benoît Hamon, les industriels et distributeurs ont eu le dernier mot : pas une mesure pour lutter contre l’obsolescence programmée et allonger la durée de vie des produits !

Création d’un délit d’obsolescence programmée, extension de la durée de garantie de deux à dix ans, mesures en faveur de l’emploi, en faveur du travail des réparateurs... Toutes ces demandes symboliques, formulées par les Amis de la Terre, ont été balayées d’un revers de la main.

Le lobbying des distributeurs et du Medef porte ses fruits

Pour le Medef, sanctionner l’obsolescence programmée encombrera les tribunaux inutilement car c’est le consommateur qui a un mauvais usage de ses biens de consommation !
Pourtant, il nous semble important de laisser à la justice la possibilité de statuer sur la commercialisation d’appareils finalement inutilisables car conçus pour s’arrêter ou impossibles à mettre à jour.

L’allongement de la durée de garantie, économiquement et techniquement faisable, avait déjà été proposé par certains constructeurs. Mais la réponse des distributeurs a été sans appel : retrait de ces produits des rayonnages ! L’entreprise Dyson, connue pour ses aspirateurs sans sac et qui propose une garantie de cinq ans, a subi les foudres de Darty qui souhaitait continuer à vendre ses extensions de garantie payantes.

Sans une loi, les producteurs soucieux de qualité perdent des parts de marché aux dépens des produits qui maintiennent un modèle de distribution dépassé.

L’obsolescence est aussi une menace pour l’emploi

Pour les industriels, la mise à disposition de pièces détachées afin de venir en aide au secteur de la réparation est un véritable casse-tête. Mais c’est aujourd’hui un casse-tête pour le consommateur de faire réparer ses produits. Pourtant, outre l’allongement de la durée de vie de nos biens, la réparation permet de conserver des emplois locaux, des savoir-faire et des compétences dans nos territoires.

Soutenir sans condition un système de distribution qui a montré ses limites, comme le démontrent les menaces (Darty, Fnac) ou les destruction d’emplois (Surcouf, Virgin), n’est pas viable. D’autant plus que, pour le consommateur, ces enseignes ne sont plus gages de qualité ou d’un service après-vente de référence : le contrat de confiance est rompu.

Pour sortir de la crise écologique et économique, il faut faire de la durabilité un critère de production et de consommation.

Il faut s’opposer au toujours plus pour toujours moins
Vendre toujours plus et posséder toujours plus, et surtout toujours moins cher, ne permet pas de créer de l’emploi. Pire, cette course aux prix bas nous contraint à faire face à des montagnes de déchets que nous ne savons pas toujours traiter et à aller chercher de nouvelles ressources toujours plus loin.

C’est la raison pour laquelle les Amis de la Terre appellent au courage politique et à la mobilisation citoyenne.
Députés et sénateurs, soutenez les mesures visant à changer nos modes de production en contraignant les producteurs et les distributeurs à mettre sur le marché des produits conçus pour durer et être réparés.

Citoyens, privilégions les produits durables pour préserver les ressources naturelles qui s’épuisent et l’emploi local mis à mal.

source média : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/889580-iphones-obsoletes-pc-irreparables-la-loi-hamon-sur-la-consommation-ne-va-rien-resoudre.html